Visite du 124 rue Réaumur (75002)

Le 124 rue Réaumur pouvait être visité lors des journées du patrimoine. C’est donc ce que je fis le samedi 12 septembre, en compagnie du mateur de nouilles… et en présence de l’architecte chargé de la restauration.

Ce fut l’occasion d’apprendre que la couleur qui orne dorénavant la façade est la couleur d’origine. Les moyens techniques modernes ont permis d’analyser les couches de peinture pour arriver à retrouver cette belle nuance claire nageant entre le bleu, le gris et le vert.
L’intérieur a été entièrement rénové, et la structure en métal qui fait la particularité extérieure du bâtiment est à présent quasiment absente des locaux, en dehors de deux piliers qui ont été conservés au rez-de-chaussée.

Les autres ont dû malheureusement (et étonnament) être recouverts. Seul le quatrième étage pouvait être visité, mais c’est le plus intéressant car c’est celui avec les immense bow-windows :

L’intérieur du bâtiment est bâti autour d’une cour intérieur, offrant encore plus de lumière, en plus des immenses baies vitrées donnant sur la rue Réaumur.

Malheureusement, la verrière (qui se trouve au-dessus du 1er ou 2ème étage ?) est encore en réfection et donc couverte d’une bâche. La structure de la verrière st également en métal, mais aura-t-on la chance de la voir un jour ? Le bâtiment cherche locataire, et on ne peut qu’espérer un ouverture lors d’autres journées du patrimoine (ou de la chance) pour voir la verrière terminée.

Le bâtiment a déjà subi d’autres modifications par le passé. De 1944 à 1973, il est le siège du Parisien Libéré. Les photos d’époque montrent que le balcon du 5ème étage n’avait pas le même aspect : garde-cordes ondulant et énormes médaillons décorés rompaient nettement avec les lignes droites actuelles. On ignore à quelle date ceux-ci furent transformés. En 1975, des aménagement intérieurs sont réalisés, un double-vitrage est posé, et les entrées sont modifiées : la porte centrale disparait, une porte est ouverte à gauche.

Mais les interrogations restent entières pour savoir qui est le véritable architecte de l’édifice. Car les documents datant de 1903, et signés par Chedanne, présentent une façade à 4 travées, et non pas 3 comme celle construite… Chedanne aurait-il fait un autre projet (à savoir les plans pour la façade réalisée) dont les archives auraient disparu ? Un autre architecte aurait-il pris le relai ? Lors de la visite, l’architecte n’était malheureusement pas accompagné d’une autre personne prévue (historien des bâtiments de France ? je ne sais plus précisément) et n’était pas en mesure d’être vraiment précis sur les doutes et les indices… Dommage. Mais mon ami le mateur de nouilles résoudra peut-être cette énigme… ou découvrira peut-être pourquoi les ferronneries des portes ont des détails tellement guimardiens…

4 réflexions au sujet de « Visite du 124 rue Réaumur (75002) »

  1. Arnaud

    Cher Cyril, votre commentaire me donne l’idée de faire quelques pages expliquant l’Art nouveau et surtout sa différence avec l’Art déco.
    D’abord, le bâtiment date de 1903 et si l’on veut parler de périodes de manière un peu simplifiée, on a tendance à dire que l’Art nouveau c’est avant 1914, l’Art déco après 1920. Evidemment c’est plus compliqué que cela, le deuxième découlant du premier et leurs frontières stylistiques étant bien fines si l’on considère l’art nouveau écossais ou viennois par exemple. Car l’Art nouveau a été rectiligne ! Peu en France chez les représentants français mais beaucoup ailleurs. L’Art nouveau est le terme utilisé pour regrouper tous les nouveaux styles (en arts décoratifs et en architecture surtout*) de la fin du 19ème siècle… styles à proprement parler mais également utilisation de toutes les nouvelles techniques (l’utilisation du métal dans le cas de ce bâtiment)… l’art nouveau a donc eu de nombreuses variantes…
    En tout cas ce n’est pas parce que c’est rectiligne que c’est Art déco, et ce n’est pas parce que c’est Art nouveau que ce n’est pas rectiligne !

    * je précise cela car du côté de la peinture les nouveau styles ont été très nombreux mais ne sont pas rangés dans l’art nouveau, même si l’on relie l’Art nouveau et certains mouvements tel que le symbolisme… mais là je cherche à résumer ce qui n’est pas résumable en une phrase…

    Répondre
  2. Arnaud

    Autre remarque, on ne voit pas dans ce billet les éléments "typiquement" art nouveau du bâtiment, à savoir le rez-de-chaussée de la façade.

    Répondre
  3. Toto baroud

    Mon Dieu que j’aimerai revoir le quatrième étage de cet édifice ou certains chefs de service qui avaient fait (plus ou moins) de la résistance aux allemands, préféraient voir disparaitre le journal avec eux plutôt que de le passer aux générations montantes… Peut-être était-ce le trop plein de Ricard qui les rendaient comme ça ? On aurait cru que le monde était né grâce à eux. Paix a leurs âmes car ils sont pardonnés.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *