Un tour dans le 19ème : entre la rue de Belleville et la rue de Crimée

Ce dimanche après-midi, malgré des températures extérieures un peu fraîches, j’ai décidé de refaire un tour dans le quartier, à la recherche d’éléments que j’aurais peut-être manqué…

J’ai donc d’abord découvert un petit appui de fenêtre au 2ème étage du 6 rue de la Palestine :
6 rue de la Palestine

30 rue des solitaires - façade Puis j’ai retrouvé la joli façade du 30 rue des Solitaires, avec son gros cabochon et ses grès :
30 rue des solitaires - cabochon
La rue étant très peu profonde, on a du mal à voir ce que représentent les grès tout en haut, mais ils semblent être des feuilles de chardons.

Au 36 de cette même rue, rien d’extraordinaire mais les ferroneries des portes ont des motifs d’iris. Les deux entrées sont différentes, et les portes ne semblent pas d’origine :

Les appuis des fenêtres ont quant à eux des lignes très simples :

Je me suis alors rendu jusqu’au 7 rue des Fêtes, où il y a cette très belle façade… aux chardons sous les balcons. Elle mériterait vraiment un ravalement pour être remise en valeur… et elle méritera, dans les jours qui viennent, un billet rien que pour elle.

J’ai alors décidé de prendre la rue de Crimée, pourtant bordée d’immeubles modernes. Mais bien m’en a pris, car j’ai découvert un bel immeuble au 9 rue de Crimée… et surtout une très belle porte sans laquelle mon regard ne se serait peut-être pas arrêté là:
Les grès entourant la porte représentent de la vigne. Ils sont signés « Gentil et Bourdet »… dont Le mateur de nouilles parle à plusieurs reprises sur Paris 1900.

Certains grès de la façade semblent être justement les mêmes que ceux de la rue des Solitaires, ceux-là même que l’on distingue difficilement faute de recul :
On trouve un autre type de frise de grès, sous la corniche. Cette fois, ce sont des ondulations au milieu desquelles apparaissent des fleurs de nénuphars. L’architecte est Lucien Paillard, dont je n’ai pas trouvé trace sur le web ou dans mes quelques ouvrages. J’aime aussi beaucoup les ferroneries des fenêtres, déjà repérées sur d’autres façades. Les motifs d’ombelles sont assez délicats et me font penser, à chaque fois que je les vois, à un peigne de Lalique créé vers 1897. Cette plante a d’ailleurs inspiré la plupart des artistes de l’école de Nancy (Gallé, Vallin…) :
9 rue de Crimée - ferronneries en ombelles

 
Un petit détour final par la rue des Annelets, où le numéro 31 est en travaux mais où la porte est restée en place (le propriétaire a peut-être envie de la conserver ?) :
31 rue des Annelets

…Et enfin par la rue de l’Encheval, où la plupart des bâtiments date des années 1900. Le bâtiment le plus intéressant de cette rue est au numéro 12. La façade est décorée de nombreux cabochons aux 1er et 4ème étage, et sous le bacon du 5ème étage se trouvent des tournesols sculptés :

Mais le motif principal est le marronnier, que l’on retrouve sur les (extrêmement communes) ferronneries des fenêtres, mais également sur la porte, et surtout dans le hall. Je n’y suis pas entré aujourd’hui, mais la dernière fois la porte était ouverte. Les moulures comme le sol représentent les feuilles et fruits de cet arbre :

A noter que les appuis de fenêtre du rez-de-chaussée, eux, n’ont rien à voir avec le marronnier :

Voilà, je terminerai par signaler la présence, au 8 rue Fessart, qui fait le coin de la rue de la Villette, d’un immeuble très original des architectes A. et M. Turin. Le bâtiment, de 1909, s’inspire de l’Art Nouveau, du Moyen-Age… :


Et pour finir : le parcours du jour :

(plan d’origine provenant du site de la Mairie du 19ème)

Une réflexion au sujet de « Un tour dans le 19ème : entre la rue de Belleville et la rue de Crimée »

  1. Khadu C

    Salut, suis moi aussi très intéressée par les façades parisiennes et notamment Haussmanniennes et post-haussmanniennes. Je me suis lançée dans un périple photographique dans les rues de Paris et me suis retrouvée sur ton blog en passant par la rue de Crimée ( au 9), immeuble dont je cherchais les décorateus et architecte. Merci pour l’info et bonne continuation !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *