Retour sur le 19 octobre à Nancy !

Le 19 octobre 2007, malgré les grèves qui sévissent en France, le TGV Paris-Est/Nancy est maintenu. Alors pas une hésitation, dès 5h du matin je fonce à la conférence organisée par le réseau Art nouveau Network sur les mécènes et les commanditaires de l’Art nouveau. Comme Arnaud a été plus rapide que moi, je ne vais m’étendre sur le colloque puisque les actes sont en ligne mais juste apporter quelques informations supplémentaires puisque j’y étais !

Ce qui semble important de retenir lors de cette journée c’est le rôle du commanditaire et son implication idéologique, sociale, esthétique… L’Art nouveau a séduit une clientèle variée (public, privée…), d’origines sociales et culturelles très variées : des commerçants (Miss Catherine Cranston – Charles Rennie Mackintosh à Glasgow), des magistrats (Henry Hirsch – Emile Gallé en France), des critiques d’art (Roger Marx – Emile Gallé), la noblesse (cour de Hollande – Louis Majorelle, Grand Duke Ernst Ludwig de Hesse – les artistes de la Colonie à Darmstadt comme Josef Maria Olbrich), des industriels (Leopold Rudolf Kindermann – Gustaw Landau-Guntenteger à Lodz), des artistes (le peintre Albert Ciamberlani – Paul Hankar, Adolphe Crespin à Bruxelles).

L’implication des mécènes, commanditaires et clients de l’Art nouveau ont permis l’explosion du talent des artistes. Les artistes sont soutenus, encouragés, ils ont une grande part de liberté et cette confiance va bien au-delà d’une simple relation commerciale. Grâce aux artistes, les commanditaires valorisent leur amour de l’Art nouveau. Par exemple, après la mort d’Emile Gallé, Henri Hirsch, son plus fidèle client et ami, sera un de ses plus grands défenseurs. En 1934, il se plaindra du manque de Gallé dans les collections permanentes des musées parisiens et sera l’un des principaux prêteurs pour différentes expositions et musées. Il conserva sa collection jusqu’à sa mort.


A la pause-café, ce fut l’occasion de rencontrer « L’Association des Amis de l’Ecole de Nancy » qui publie un magazine annuel sur l’Art nouveau. J’ai pu acheter le n°23 de Septembre. La maquette (ci-contre) est élégante, les illustrations en couleur et on y trouve des articles sur l’architecture à Ljubljana, un génie des matériaux : Jacques Gruber, des focus sur des œuvres, des actus… Bref, 46 pages pour le plaisir de l’oeil.

Ce fut également l’occasion de revoir la somptueuse collection de vases Gallé, Daum… du Musée de Nancy et de rêvasser longuement devant ces libellules, liserons, ombellifères et autres beautés diaphanes et translucides.

A Nancy, il suffit de se rendre à l’Office de Tourisme pour comprendre que l’Art nouveau tient une place prépondérante : une exposition pour découvrir l’Art nouveau par pays, des dépliants sur l’Art Nouveau (Bruxelles, Terrassa, Riga, Glasgow… On ne sait quelle prochaine destination choisir…) et un circuit art nouveau de la ville. A ne louper en aucun cas !

Et même au McDonalds de Nancy, l’Art nouveau est au rendez-vous, il rime avec Wi-Fi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *