René Lalique – Correspondance d’un bijoutier Art nouveau

Voici un livre acheté samedi qui va m’accompagner ces prochains jours dans les transports en commun : « René Lalique – Correspondance d’un bijoutier Art nouveau ; 1890-1908« .

Je n’avais jamais été tenté par son achat — n’était-il pas un peu trop pointu ? —, mais comme il ne coûtait que la modique somme de 3 euros chez Mona Lisait, il aurait été dommage de résister. Si l’ouvrage retranscrit un certain nombre de lettres fort personnelles entre René Lalique et son épouse Alice Ledru, on y retrouve surtout les correspondances professionnelles du bijoutier écrites ou reçues par lui.
Le peintre Georges Clérain écrivant à Lalique qu’il lui ramènerait des cornalines d’Egypte, Sarah Bernhardt lui demandant d’ajouter des perles fines à une ceinture, Émile Gallé le priant de lui envoyer une facture en signant de ses « sentiments admiratifs et dévoués »… l’ouvrage met en lumière les relations de l’artiste avec ses connaissances, ses amis, ses acheteurs. Voilà donc une manière originale de se plonger dans l’univers de cet artiste majeur des années 1900.

René Lalique
Correspondance d’un bijoutier Art nouveau – 1890-1908
Textes rassemblés et annotés par Philippe Thiébaut.
Ed. La bibliothèque des Arts
ISBN 978 2 88453 125 2

NB. Ceux qui suivent auront noté que je devais parler d’une construction de l’expo 1900. Mon week-end ayant été amicalement bien rempli, mon long billet en cours n’est pas terminé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *