Lecce – 1ère visite

Lecce, ville principale du Salento dans le talon de la botte italienne, est connue pour ses bâtiments baroques.
Ce petit bijou du Sud de l’Italie, appelée parfois la Florence du Sud, abrite également quelques ouvrages des années 1900.
Le bâtiment de cette époque le plus connu est l’église S. Antonio a Fulgenzio frati minori : construite de 1901 à 1910 dans un style néo-gothique, sa particularité sont les fresques recouvrant la quasi intégralité de l’église, peintes par le père Raffaello Pantaloni.

Mais la ville possède quelques bâtiments « vraiment » Art Nouveau. Le vraiment nécessite des guillemets, car leur structure principale reste classique – point de façade ondulant ou de dissymétrie flagrante. On peut imaginer que les propriétaires et les architectes de l’époque n’ont pas voulu brusquer l’harmonie de la ville… mais ce n’est qu’une supposition : combien d’architectes de l’époque, en France ou ailleurs, n’ont glissé que quelques détails ARt Nouveau dnans leurs constructions.
Bref… Les éléments « floreale » se retrouvent donc simplement et discrètement sur les balcons, les colonnes ou en simples volutes décoratives sur les murs, tel à ce coin de rue proche du meilleur glacier de la ville :

Voici un autre exemple plus « fourni » (tout est relatif), qui était en travaux lors de mes dernières vacances là-bas (en août 2006). On racontait alors qu’un restaurant allait s’y installer. J’y retournerai peut-être lors de mes courtes vacances d’avril là-bas, plus probablement en août.


L’une des façades présente un porche et un balcon aux formes et dimensions similaires. Aux coins de ceux-ci on (cf. ci-contre) des éléments décoratifs semblant représenter des plumes… je ne vois pas trop quelle plante ce pourrait être. Les autres éléments sont beaucoup plus géométriques, tels les consoles, ou les percées sur les côtés, telle celle que l’on voit ci-contre.

Le balcon, que l’on retrouve aussi sur l’autre façade, est un alignement de fleurs (des tournesols semble-t-il) agrémenté de lignes s’entrecroisant :

Restent, comme autres éléments décoratifs, des marguerites et des fleurs sous la corniche. On voit là encore un mélange avec des éléments géométriques et même des cornes d’abondance représentatives de styles bien plus anciens.

Je présenterai dans d’autres billets d’autres constructions Art Nouveau de la région… des constructions moins classiques…
A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *