La potée des Halles

Presque un mois d’absence… mais me revoici !

Si vous cherchez un petit resto sympa où l’on mange bien rue Etienne Marcel, dirigez vers le numéro 3, à la Potée des Halles.

Vous pourrez, en plus d’y passer un bon moment, y admirer de jolies céramiques.

Le patron m’a dit qu’elles dataient de 1905, qu’elles étaient de Sarreguemines… et que tous les carreaux n’étaient pas d’époque, ce que l’on peut constater : les petits carreaux blancs ont remplacé les couleurs écrues d’origine qui ont, à un ou deux endroits, résisté à l’usure.

Point de signature d’un céramiste dnas la pièce, mais juste un sigle et une adresse : rue de Paradis : (Flûte la photo est floue).

Si les personnages féminins ne sont pas trop à mon goût, manquant peut-être un peu de délicatesse, en revanche les motifs géométriques qui les entourent sont vraiment splendides :
(Notez en haut à gauche les carreaux unis qui seraient peut-être ceux d’origine).

Voilà ! N’hésitez pas à vous y rendre !

3 réflexions au sujet de « La potée des Halles »

  1. Nils

    Merci Arnaud d’avoir repris ton blog!!!!
    Un mois c’est long quand même…

    La Potée des Halles (qui je crois que ça s’appelait pas alors de ce nom) j’y ai mangé il y a longtemps quand j’habitais rue Montmartre (où il y avait encore la Brasserie Gus avec ses céramiques Art Nouveau: quid de leur devenir?); à l’époque le contenu de l’assiette était dans le même état que les murs, visiblement ça a bien changé.

    Allez continue, c’est un plaisir pour le lecteur et ça évite de m’étirer sur un autre blog…

    Répondre
  2. MACDO

    Il y a quelques traces du graphisme utilisé sur les carreaux qui sont proches de la manière guimardienne. Merci Arno pour ces photos.

    Répondre
  3. Anne

    Bonjour ! signature : il s’agit peut-être de la Maison Boulenger, rue de Paradis, 2009
    En 1889 les faïenceries de Choisy-le-Roi, maison Hippolyte Boulenger, font construire par les architectes Georges Jacotin et Ernest Brunnarius leur magasin et nouveau siège rue de Paradis-Poissonnière, actuelle rue de Paradis, au no 18, le bâtiment est inscrit au titre des monuments historiques. Merci pour vos superbes photos : je n’ai qu’un souhait : merci de continuer ! Le mateur de nouilles semble avoir arrêté ??? le 13.5.2011 Bien à vous Anne

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *