La Photographie Timbrée

Le Jeu de Paume, sur son site de l’hôtel de Sully, présente depuis le 4 mars et jusqu’au 18 mai 2008 l’exposition « La Photographie Timbrée« .

La carte postale « traditionnelle », basée sur la photographie de lieux, connut à partir de la fin du 19ème siècle un immense succès populaire – tellement de succès que les services postaux furent parfois complètement débordés. Et qui dit succès, dit tôt ou tard détournement de son usage, pour l’utiliser comme support de promotion (citons Guimard par exemple) ou pour s’en amuser. La carte postale dite « fantaisie » apparut donc dans les années 1900, pour ne pas présenter des lieux mais des couples d’amoureux, des femmes légèrement vêtues ou des scènes comiques : l’exposition nous présente justement ce côté amusant et décalé.

Pour jouer avec l’image, les créateurs, bien souvent anonymes, ont utilisé de multiples techniques sur les photographies (collages, surimpressions, déformations…), techniques que l’on retrouvera dans les mouvements artistiques, surtout dada ou surréaliste (l’exposition montre justement en parallèle, dans la première salle, des œuvres de ces artistes). Et le résultat est toujours décalé, bien souvent amusant voire désopilant…

Et l’Art Nouveau alors ?
Si l’exposition met l’accent sur l’aspect comique des cartes postales, elle expose également quelques éléments plus « sérieux », plus décoratifs, où l’Art Nouveau a un peu sa place. Ainsi, on peut voir une série de 6 cartes postales avec des profils de femmes au milieu de nénuphars dessinés et une série de 4 autres cartes où les cheveux se déroulent en motifs ondoyants.
C’est aussi sur un écran de la deuxième salle qu’il faudra regarder. En effet, sur un écran (dont honnêtement je n’ai pas trouvé la qualité très bonne) défile la collection numérisée de cartes postales de Paul Éluard, qui en était complètement fou, toujours à la recherche de la plus farfelue. On peut alors apercevoir dans sa collection un certain nombre de cartes Art Nouveau, représentant bien souvent une femme au milieu de lignes en coup de fouet.

Pour l’Art nouveau c’est un peu maigre, je vous l’accorde… mais pour vous amuser devant des montages absurdes ou pour vous (re)donner envie de faire de l’art postal, cette petite exposition (de plusieurs centaines d’œuvres tout de même !) mérite un petit arrêt à l‘hôtel de Sully, 62 rue Saint Antoine.

(Un dernier conseil, surtout regardez défiler les diapos à l’entrée de l’expo… on n’a parfois pas envie de se poser pour voir défiler des images, mais beaucoup des cartes qu’on y voit ne sont pas exposées)

2 réflexions au sujet de « La Photographie Timbrée »

  1. MAGDO

    J’ai vu les affiches pour cette exposition, hier dans le métro. Et je me suis décidé à y aller, bientôt. Il y a toujours quelques merveilles à découvrir. Mais il me semblait avoir compris que cela tournait plutôt autour de la carte postale photographique. ?!?

    Répondre
  2. Arnaud R

    Oui je n’ai pas été très clair (et j’ai utilisé le terme « dessiné » par erreur… corrigé) cela tourne bien autour des cartes postales photographiques. C’est principalement basé sur les montages photographiques, et il y a aussi, par exemple, des photos prises dans des fêtes foraines (avec des têtes de personnes dans des trous…).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *