La carte postale en Suisse au temps de l’Art Nouveau

Pour faire écho à l’exposition sur la carte postale photographique qui a lieu actuellement à l’Hôtel de Sully, un tour sur le web permet de compléter les informations sur les premières décennies d’usage de la carte postale.

Par exemple, la ville de la Chauds-de-Fonds, en Suisse, important centre d’Art Nouveau, a organisé du 7 mars 2006 au 28 janvier 2007 l’exposition « La carte postale en Suisse au temps de l’Art Nouveau »

On retrouve donc sur le site de la ville de La Chaux-de-Fonds une page web très complète sur l’histoire de la carte postale.

Première Correspondenz-Karte, considérée comme la première carte postale, en 1869. Première carte Suisse en 1871. Première carte postale publicitaire en France en 1873 pour La Belle Jardinière
La carte postale se démocratise vraiment dans les années 1890, son développement allant de pair avec l’amélioration des techniques de reproduction et d’illustration. A Vienne, Milan, Londres ou Paris, un tel support à grande diffusion va alors intéresser les milieux artistiques (maisons d’éditions, revues telles que Jugend ou Cocorico), même s’il faut avouer que ces cartes illustrées furent alors minoritaires – 90% des cartes étaient photographiques. Les maîtres du graphisme Art Nouveau vont donc participer à l’engouement pour les cartes postales (Mucha, Moser, Chéret, Martini, Kirchner, pour n’en citer que quelques-uns) et les expositions et concours se multiplier.

Football Club de la Chaux-de-fondsEn Suisse (comme ailleurs), toutes ces petites pièces d’époque, disséminées et oubliées, sont aujourd’hui connues grâce aux collectionneurs, tels que Charles Ballif à La Neuveville et d’Armand Studer à La Chaux-de-Fonds. Mais La Chaux-de-Fonds a été un assez important centre de création par le biais de son école d’art. La page web se clôt donc par la présentation de quelques cartes suisses, où sapin et volutes s’entremêlent.

En réalité, la page web se termine par une présentation thématique de la carte postale Art Nouveau, mais faute d’un texte accompagnant ces dernières illustrations, voilà qui tombe un peu comme un joli cheveu dans une très bonne soupe. (Mais ne voyez pas derrière cette dernière phrase un avis négatif sur cette page : elle est très intéressante et très bien illustrée.)

Voilà, pour en lire un peu plus, rendez-vous sur http://cdf-mh.ne.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *