Des fontes Hector Guimard à Saintes – 19 rue de Laroche

On avait rapporté à mon ami et commentateur Magdo que des ferronneries Guimard étaient visibles sur une maison de la ville de Saintes, à proximité de la Gare.
Y allant régulièrement — mes parents habitent à qeulques kilomètres — je m’y promenais parfois espérant trouver cette maison.
Aujourd’hui, m’y baladant au hasard dans un quartier que je ne connaissais pas (mais assez éloigné de la gare), j’ai vu de loin une maison avec quelques jolies couleurs brique… je m’en suis approché, et au fur et à mesure que la distance diminuait, je sentais que j’avais peut-être trouver le graal…

Et une fois devant, je dus bien reconnaître que c’était probablement LA maison en question.

Les lignes fluides des garde-corps étaient bien dignes d’Hector Guimard :

(Rassurez-vous, l’état abîmé n’est que passager, la propriétaire tient à les restaurer.)

… Et les ferronneries de la porte d’entrée ressemblaient fortement (de mémoire) à celles que j’avais déjà découvertes rue de la Fraternité à Paris (après vérification, c’est bien le cas) :

Après avoir pris des photographies (merci le beau soleil !) j’ai sonné… On m’a ouvert et la propriétaire m’a très gentiment accueilli, me parlant de cette maison qu’elle avait achetée il y a dix ans après un coup de coeur pour cette si belle façade. Elle m’a donc appris que la maison datait de 1912, année prouvée par un courrier du futur propriétaire adressé aux voisins pour des soucis de mur atenant. Le propriétaire aurait réalisé un agrandissement en 1960, mais cet amateur d’art avait tenu à conserver la façade d’origine. Elle m’a raconté qu’il aurait fait refaire les éléments à partir des moules de l’époque. Après réflexion, je pense qu’en fait elle parlait des moules de la frise (d’où le lien avec le fait d’avoir réhaussé la maison) :

Mais elle m’a aussi expliqué que la partie gauche de la maison était à l’origine un entrepôt… Etait-il dépourvu de fenêtre et le propriétaire aurait-il faite refaire les ferronneries à l’identique… d’où les espèces de rajout sur la fenêtre la plus large ?

J’aurais dû poser plus de questions pour que tout ceci soit plus clair.

J’ai pu obtenir les coordonnées des propriétaires d’il ya a 10 ans, petits-enfants du propriétaire d’origine — ils possèderaient des photos anciennes de la maison — et la propriétaire m’a conseillé de me diriger vers les Ateliers du Patrimoine de Saintonge, qui avait répertorié cette façade. Je vais donc continuer à enquêter pour essayer d’en savoir plus, ne serait-ce que le nom de l’Architecte…

Evidemment, à peine éloigné de cette maison, tout excité par ma découvert, je me suis rué sur mon téléphone pour appeler Macdo et le mateur de nouilles… Et le soir arrivé, je me rue sur ce blog pour en parler. J’y reviendrai lorsque j’aurai obtenu plus d’informations… et la confirmation de la part de spécialistes que : oui, c’est bien du Guimard (mais osè-je en douter ?).

PS. Les formes ovoïdes des hauts des fenêtres (avec la petite encoche quelques centimètres en-dessous) sont les mêmes que sur la maison Primerose de Saintes !

Mise à jour du 8 mars 2009 : Les Ateliers du Patrimoine de Saintes m’ont contacté suite à un message que j’avais laissé sur leur site. La personne qui m’a contacté ne voyait pas de quelle maison je parlais et m’a en tout cas dit qu’aucune brochure n’avait été réalisée sur les plus beaux balcons de Saintes.
Un spécialiste de Guimard m’a apporté son avis sur ces fontes :

Cette maison est intéressante par ses fontes Guimard (ne pas parler de ferronnerie qui est une technique tout à fait différente) achetées par l’entrepreneur sur catalogue à Saint-Dizier. On en trouve d’ailleurs assez peu au sud de la Loire (moins d’Art Nouveau dans les villes, proximité d’autres fonderies du sud, je suppose).

A suivre…

10 réflexions au sujet de « Des fontes Hector Guimard à Saintes – 19 rue de Laroche »

  1. Magdo

    Notre explorateur nous démontre que musée Guimard est bien dans la rue. Voici une entrée de plus pour le catalogue d’utilisation des fontes HG. Merci et à bientôt.

    Répondre
  2. O.P.

    Superbe ! Un détail m’interpelle sur cette photo : le soupirail de gauche semble presque entièrement enterré comme si la maison s’afaissait de ce côté… à moins que que l’on ait surrélevé la rue…:)) Peut-être est-ce tout simplement une illusion d’optique ou un effet spécial de la photo …?

    Répondre
  3. Arnaud

    Vivien > Je garde l’esprit blog, donc je ne les recense pas vraiment, j’en parle aux hasards de mes promenades.

    O.P. > La partie gauche ne faisait pas partie de la maison à l’origine. Je suppose donc que le soupirail n’en est pas un, et que le propriétaire, lorsqu’il a fait les travaux et refait la façade en 1960, a voulu conserver une certaine symétrie, même au ras du sol.
    J’espère contacter les anciens propriétaires pour répondre à certaines de ces questions, en particulier sur la duplication des fontes : le propriétaire a-t-il fait faire des moules ? Est-il entré en contact avec les fonderies de St Dizier ?

    A tous > je mets des photos un peu plus grandes très vite.

    Répondre
  4. Arnaud

    Suite du feuilleton : Les ateliers du Patrimoine m’ont contacté… et cette maison n’avait pas été répertoriée. Nulle brochure sur les balcons de Saintes à leur catalogue non plus. Ils sont néanmoins très intéressés par cette information et je vais vraisemblablement les rencontrer pour parler de Guimard ou des autres maisons Art nouveau de Saintes…

    Répondre
  5. romy

    Bonjour je découvre ce blog et stupéfaction….. cette maison est la maison de mes amis…. ;-))
    si je peux faire quelque chose ou transmettre un message aucun problème….

    Répondre
  6. Arnaud

    Bienvenue chère lectrice ! Et saluez de ma part la propriétaire qui m’avait très gentiment accueilli. Je n’ai pas contacté les anciens propriétaires, mais j’ai trouvé ce week-end de quelle brochure elle m’avait parlé. Effectivement la ville de Saintes a édité une plaquette sur la restauration et la sauvegarde des façades/toits/… du centre historique, et la porte y est en photo.

    Répondre
  7. Daniel C

    Bonjour, j’arrive peut être un peu tard, mais je viens de découvrir cet agréable blog !
    Je tenais a vous signalez que la maison en question est indiquée dans l’ouvrage de Gilles Ragot "L’Architecture du XXe en Poitou-Charentes", livre publié en 2000 mais que vous pourrez trouvez assez facilement à Saintes par exemple (ils doivent l’avoir à la documentation du service VPAH). S’il ne dit pas grand chose sur cette maison-là (il mentionne le "style Guimard" des garde-corps) ce livre consacre plusieurs entrées à l’art nouveau. A Saintes il mentionne aussi le 64-64bis rue Nationale, 12 rue Pasteur plus la belle maison derrière la cathédrale. Une amie avait fait son mémoire sur le sujet il y a dix ans, avant qu’une étude n’existe : elle avait parcouru toutes les villes principales pour son corpus. Pour l’info, il existait des specimens étonnants à la Rochelle (villa Alsace), une petite villa à Royan, des immeubles a Angoulême que vous devez connaitre, et quelques belles façades à Châtellerault et une maison à Parthenay. A Poitiers on a qu’une devanture de commerce, une pharmacie et le décor interieur de la Poste qui a des touches légères Art Nouveau. ça devait être trop excentrique pour la bourgeoise poitevine !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *