Archives de catégorie : Presse

Cocorico n°25

Petit exemple tout simple de graphisme Art nouveau avec la dernière page du numéro 25 de Cocorico (paru le 15 janvier 1900) par A. Cossard. Celui-ci a réalisé de nombreuses illustrations pour cette revue.

Article dans le Parisien

Hier, un journaliste m’a posé quelques questions au sujet d’un entourage Guimard précis. Je lui ai expliqué que l’entourage avait la particularité d’être signé « Hector Guimard architecte » car il datait de 1900, époque où Guimard et la Compagnie du Métropolitain de Paris travaillaient ensemble. En 1902, les deux parties se séparaient après accord financier, et la C.M.P., détentrice des droits, continua à reproduire des entourage Guimard…

Le journaliste a résumé ces propos, et le résultat peut porter à confusion :

« La plupart des bouches de métro que l’on peut voir de nos jours à Paris sont des reproduction, souligne Arnaud Rodriguez, spécialiste de l’Art nouveau et membre du cercle Guimard. La particularité de celle-ci est d’être signée de la main d’Hector Guimard.« 

L’article complet est dans le Parisien, édition du Val-de-Marne, de ce mercredi 5 mai 2010.

Article dans « Nogent Culture »

Les habitants de Nogent-sur-Marne peuvent lire ma prose dans le magazine « Nogent culture » qui est diffusé depuis ce mercredi 28 avril. J’y ai en effet écrit un article intitulé « L’Art nouveau, un centenaire en pleine(s) forme(s)« , qui tente de résumer ce mouvement en quelques paragraphes : ses variantes, ses influences et sa présence à Nogent. C’était une grande première pour moi : écrire un article sur ce sujet en dehors de ce blog, dans un magazine diffusé à 19 000 exemplaires… et écrire un article résumant l’Art nouveau, chose que je n’avais même jamais faite ici.

Quand au rapport avec Nogent… j’ai déjà semé ici quelques photos de l’Art nouveau de cette ville où je travaille depuis novembre, mais ce n’étaient que quelques tout petits exemples par rapport à tout ce qu’on peut y voir. L’article a donc aussi pour but d’annoncer le thème choisi par la ville de Nogent-sur-Marne pour les journée du patrimoine qui auront lieu les 18 et 19 septembre prochain… l’Art nouveau donc, avec une exposition (du 4 au 19 septembre) en partenariat avec le Cercle Guimard, des visites guidées et un spectacle haut en couleurs*.

Pour lire l’article en ligne… www.ville-nogentsurmarne.fr
* Je corrige ici la faute que j’ai faite dans mon article…

Installation de la station Guimard au musée d’Orsay

Le magazine « Urban mag« , magazine interne du groupe RATP, explique dans un article du numéro de novembre 2009, l’installation de l’entrée de métro actuellement à Orsay, pour l’exposition « Art nouveau revival ».

On y apprend que les différents éléments ont été montés à blanc dans deux ateliers de la RATP, puis que les pièces y ont été ajustées entre elles. Le montage final a été réalisé sur place, à Orsay, de même que le passage de la patine et du vernis.
La RATP possède dans ses équipes de nombreux corps de métiers, ce qui permet une maintenance permanente des entourages ; rappelons que ceux-ci sont classés aux monuments historiques depuis 1978. Néanmoins, l’entretien des soubassements en pierre est sous-traité… en pierre de Comblanchien, précise-t-on dans l’article dans lequel j’aurais appris que le panneau en pierre de lave sur lequel est écrit « Métropolitain » est appelé un cornichon.
Et puis, c’est l’occasion de rappeler que les entourages Guimard ont été à l’origine au nombre de 167 (rien que ça !), et ceux dans 107 stations. On peut aujourd’hui en admirer 89 à l’entrée de 66 stations sur 8 lignes de métro…

Henri Lecoeur

Le numéro 118 de la revue « Vivre en Val d’oise » (novembre – décembre 2009) consacre un article à Henri Lecoeur, architecte local ayant réalisé de nombreuses constructions sur l’actuelle communauté de Communes du Parisis : Cormeilles-en-Parisis, Montigny-lès-Cormeilles, La Paris, La Frette. L’article est agrémenté de belles photographies de quelques façades et deux extraits de la revue « L’architecture Usuelle » des années 1903-1905.
Parmi celles présentées, ma construction préférée est celle du 18 rue Jean Lefebvre, à La Frette, avec sa baie vitrée en arc outrepassé.

J’en profite pour remercier l’auteur, Jean-Pierre Denis, pour cette information et pour les messages qu’il m’envoie.

Mucha, un gars « à la cool »

Mucha fait la une du numéro actuellement en vente du magazine « Arts actualités magazine ». La une, bien que plutôt moche, m’a donné envie de voir ce que ce magazine racontait. Eh bien… je ne sais pas car j’ai refermé bien vite. En effet le chapeau parle de Mucha comme d’un artiste du label « Art nouveau » et le présente dans les premières lignes de l’article comme un gars à la cool (sic). Un label !? A la cool !? A la cool ??!! Non mais je lis « Jeune et jolie » ou un magazine d’art ?

Trois lignes plus loin, il est écrit que Sarah Bernhardt s’est adressé exclusivement à Mucha, de 1894 à 1900 pour la création de ses bijoux. Lalique s’était soudain évaporé… Il m’arrive sûrement d’écrire des erreurs dans ce blog, et heureusement certains lecteurs me corrigent, mais là ce fut la goutte d’eau… Hein ? oui, si moi aussi j’étais « à la cool », je pardonnerais ce genre de bêtise…

Alfons Mucha dans Le Midi Libre

Le journal Le Midi Libre a consacré cette semaine de nombreux articles à Alfons Mucha, ainsi que quelques interviewes dont celle de son petit-fils, dans le cadre de l’ouverture, ce 20 juin, au musée Fabre de Montpellier, de l’exposition consacrée à cet artiste. Un artiste que l’on peut probablement considérer comme le plus populaire des représentants de l’art nouveau parisien grâce à ses affiches.

Les articles sont visibles par le biais du moteur de recherche : http://www.midilibre.com/recherche.php5?recherche=mucha, et vous pourrez donc lire des articles sur : la relation entre Mucha et Sarah Bernhardt, la fascination de Mucha pour le mystique, le travail de Mucha pour Fouquet ou encore sa passion pour la photographie

Mais le mieux sera de foncer voir Alfons à Montpellier cet été, comme je compte le faire… sans savoir précisément quand. Avant le 20 septembre en tout cas !

Informations : Musée Fabre

Pour les germanophiles et/ou germanophones, l’exposition sera présente à Münich à l’automne.

« Coups de fouet, une revue Art nouveau

Une réunion guimardienne ce vendredi pour parler du futur site web du Cercle Guimard m’a permis d’avoir enfin entre les mains la revue « Coup de fouet« . J’en avais entendu parler depuis longtemps : « Mais abonne-toi, c’est gratuit ! », m’avait-on dit. Entre procrastination et oubli, la revue en question demeurait cependant l’Arlésienne… J’ai donc feuilleté le dernier numéro paru récemment, et emporté sous mon bras le numéro 8 paru en 2006.

La revue est éditée par l’Institut del Paisatge Urbài la Qualitat de Vida, à Barcelone. En catalan et en anglais, elle est un panorama de l’Art nouveau européen voire international. Ainsi, le numéro 8 nous fait voyager à Turin et à Buenos Aires, nous parle du joaillier bruxellois Philippe Wolfers (1858 – A929), du peintre esapgnol Santigao Rusiñol (1861 – 1931), et de l’architecte polonais Karoly Kos (1883 – 1977), ou encore se réjouit des deux tableaux de Munch retrouvés à l’époque — ils avaient été dérobés deux ans plus tôt.

Une belle revue ma foi, quoi que trop grande pour être rangée facilement !

L’Art nouveau à Bordeaux dans la revue « Le Festin ».

Mon père a retrouvé dans son stock de magazines un exemplaire de « Le Festin » (Revue trimestrielle des patrimoines, des paysages et de la création en Aquitaine) d’automne 2005. La couverture représente l’élégant intérieur de l’hôtel Frugès de Bordeaux, tandis que 8 pages sont consacrées au Bordeaux Art nouveau. L’article avait été rédigé par Delphine Delmarès, historienne de l’Art, et illustré par des photographies de Jean-Christophe Garcia.

Le centre-ville de la capitale aquitaine est d’architecture classique du 18ème siècle mais si l’on s’éloigne un peu du centre on pourra découvrir quelques éléments 1900. Le mateur de nouilles nous l’avait déjà fait remarqué lors de mon minuscule billet bordelais de juillet.

L’auteure de l’article a pris soin de répertorier les édifices de style Art nouveau, mais plus généralement tous les détails 1900 des constructions d’époque (qui restaient dans leur ensemble influencées par les styles rococo et néo-classiques). L’article est plutôt un inventaire relativement dense, inventaire qu’on imagine même complet. Mais on rêverait plutôt d’un ouvrage richement illustré (ce qui est déjà le cas ici) reprenant en légende les informations de Delphine Delmarès.

Ces 8 pages seront en tout cas un guide sérieux lors de ma prochaine visite de Bordeaux…

Ce numéro est encore disponible en commande sur le site internet de la revue…
A noter, pour les amoureux de l’Art déco et de l’architecture en général, un article sur l’architecte Pomade, diplômé par le gouvernement en 1903, qui travailla pendant un demi-siècle dans le département des Landes.
Le Festin
www.lefestin.net

L’ecole de Nancy dans les Inrockuptibles

Le magazine « Les Inrockuptibles« , à l’occasion de la sortie du film « Entre les murs », propose page 95 du numéro de cette semaine un tour d’horizon un peu tordu des sites d’écoles sur le web (école du rock, école des loisirs, écoles des femmes pour un site sur Molière, le site du film school of rock…).
Or le premier de la liste est le site de… l’école de Nancy !
http://edn.nancy.fr/web

Le lien est accompagné d’un très bon résumé de l’école de Nancy et de son musée. De quoi faire découvrir à leurs lecteurs quelque chose d’un peu différent et tellement moins contemporain qu’à l’habitude : une bonne surprise, non ?