Archives de catégorie : Général

Il faudrait revenir…

… Parce qu’il y aura toujours des choses à dire sur ce blog. Je n’ai pas croisé beaucoup d’Art nouveau depuis mon retour du Japon, mais si j’ai évité la quantité, j’ai touché, oui oui touché, la qualité.

Ceci par exemple : 

 

Et là, ceux qui ne savent pas ce que c’est vont dire « Hein mais c’est quoi ça ? » et ceux qui savent sont priés de se taire… Non, sérieux, très bientôt vous en saurez plus.

Pour la qualité il y a aussi eu de la chaise dont on ne dira strictement rien ici et un dîner entre artnouveux duquel je suis un peu arrivé en retard et parti trop tôt (1h35 tout de même) et trop vite…

En attendant Mme Ballu épouse M trouve que c’est dommage parce qu’elle aimait bien ce blog, alors rien que pour elle je vais essayer de refaire surface ici (j’entends les autres grogner, tiens…)

A très vite alors !

Réouverture des portes !

Il suffisait de voir l’oeil larmoyant de mes camarades, tellement désolés que ce balcon ait vu ses chardons faner et mourir en octobre, pour que je reprenne la plume et du service. Oserais-je avouer qu’après l’organisation de l’exposition à Nogent, j’avais fait une surdose de modern style ?

Quoi qu’il en soit me revoici, vous narrant brièvement notre visite guimardienne au Louvre des Antiquaires, l’un des antiquaires ayant bientôt en vitrine une… heu… une vitrine justement. Du Hector Guimard en l’occurence et du beau, du raffiné, de l’élégant qu’on verrait bien chez soi. Quant au point de vue des spécialistes, je recopie un bout de message dans lequel on me précise que l’on y voit apparaître le fameux coquillé Guimard, qui sera plus usité dans sa période classique. Le meuble est en chêne clair, et j’appris à l’occasion que les bois de fruitiers qu’utilisait souvent Guimard étaient beaucoup plus fragiles. Voilà, c’est dit… Et pour donner envie d’y aller, un petit détail de la bête en image :

Hector Guimard

Ceux qui veulent la voir attendront encore quelques jours que la vitrine prenne place hors de l’arrière boutique (et qu’un vase du même artiste soit installé sur l’un des étagères).

Pour trouver la boutique et son fort sympathique propriétaire, il suffit d’entrer au Louvre des Antiquaires par l’entrée côté métro Palais Royal, la boutique est à gauche, immanquable avec son mobilier Majorelle ou son si joli miroir où la queue d’un paon se pare de pièces de verre…

Allez ! Si Guimard ne vient pas à vous, allez donc à lui !

Nouveau projet du Réseau Art nouveau

Le réseau Art nouveau a lancé, le 17 mai, par le biais d’un conférence de presse, son nouveau projet quinquenal : « Art nouveau et écologie ». Ce projet a été sélectionné par la Commission européenne dans le cadre du programme Culture 2007-2013 ; il rassemble les villes suivantes : Bruxelles (BE), Alesund (NO), Aveiro (PT), Bad Nauheim (DE), Barcelone (ES), Bruxelles (BE), Darmstadt (DE), Helsinki (FI), Ljubljana (SI), Nancy (FR), Milan (IT), Riga (LV) et Terrassa (ES), ainsi que trois partenaires associés: Glasgow (UK), La Chaux-de-Fonds (CH) et La Havane (Cuba). Le thème fort et actuel de l’écologie servira de base à de nouvelles réalisations, notamment une exposition itinérante, des conférences et des outils pédagogiques, ainsi qu’une étude de faisabilité pour une exposition inédite destinée au public malvoyant.

Source (parce que j’avoue j’ai presque fait un copier-coller) : http://www.artnouveau-net.eu/get_page.asp?stran=5&jezik=FR

Voir un extrait du journal télé belge : http://www.telebruxelles.net/portail/content/view/10233/166/

L’Art nouveau de Tunis à la télévision mercredi 28 avril 2010

L’émission « Des racines et des Ailes » comportera mercredi 28 avril un reportage sur l’Art Nouveau à Tunis.

Faute de temps, je recopie ici l’article de Judaïque FM http://rencontrejfm.blogspot.com/2010/01/emission-des-racines-et-des-ailes.html :

En cette fin du XIXe siècle, Tunis possède la vivacité spontanée d’un creuset d’ethnies et de traditions qui anime la vie sociale tunisienne, et qui lui vaut le qualificatif de « tour de Babel » ; c’est dans cette babélique atmosphère que l’Art Nouveau fait son apparition à Tunis, signe précurseur et authentique de modernité dans le domaine artistique. L’architecte français Jean Resplendy, né en 1866 à Perpignan et formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, a été le premier initiateur de ce style avec la réalisation de l’Hôtel de France, rue Léon Roches, l’actuelle rue Mustapha-M’Barek. A cet heureux début de l’Art Nouveau, s’ajoute un exploit encore plus important pour le profil dimensionnel de Tunis. Il s’agit du grand îlot au croisement des deux principaux axes de la ville nouvelle, destiné à accueillir un compact mais articulé complexe : le Théâtre municipal, le casino d’hiver « Le Palmarium » et l’hôtel Tunisia Palace. La réalisation de tout le complexe est confiée à Resplendy. De l’ensemble municipal, prévu et défini dans ses différentes parties depuis 1899, entamé en 1901 et terminé en 1904, il ne reste aujourd’hui que le théâtre. Le Théâtre municipal est certainement l’édifice le plus remarquable du complexe. Les divers espaces internes du théâtre, du vestibule au foyer, reflètent le langage Art Nouveau d’inspiration baroque. La salle de spectacle, les baignoires et le reste ont été confiés à l’architecte Lucien Voog , spécialiste des espaces théâtraux, ayant déjà travaillé à d’analogues typologies, successivement à Paris et à Vichy.

Et un lien vers un site pour quelques illustrations : http://1900.art.nouveau.free.fr/?Theatre-municipal-de-Tunis

Guimard dans le métro

J’ai reçu récemment un message avec une question pour un champion de l’Art nouveau… En effet, il cherche actuellement des informations sur la présence des entrées du Métro dans les films de cinéma.

Alors cher lecteur… Des réponses ?

… L’occasion de rappeler l’existence de la rubrique filmographie du site du Cercle Guimard… un cercle Guimard dont j’ai retrouvé quelques membres hier pour un projet commun lié à mon nouvel emploi. Plus d’informations bientôt !

Où l’on parle de Lavirotte…

Le blog « Villabrowna, livres anciens » a rencontré Guillaume Virantin, auteur du site « Fragrance 1900 », avec qui je partage quelques amis et l’amour de l’art nouveau… quoiqu’à côté de ce passionné je fais bien pâle figure !

Voici donc ce blogueur amoureux des livres questionner Virantin, précisément sur Lavirotte et sur les ouvrages ou les sources bibliographiques relatives à cet artiste. Lavirotte est célèbre pour l’extraordinaire Ceramic Hotel de l’avenue Wagram… mais les recherches des amoureux de l’histoire de l’art sont parfois de véritables tribulations et c’est le cas pour cet architecte.
Je vous convie à lire ce billet et ces dialogues amusants et amusés.

http://villabrowna.blogspot.com/2010/02/guillaume-virantin-un-bibliophile-les.html

Guimard, Veules-les-Roses, etc.

Cette fin d’année 2009 aura été l’occasion pour moi :
– de finir la lecture de « l’Art nouveau en Europe » de Roger-Henri Guerrand ;

– de recevoir en cadeau le catalogue de l’exposition « Art nouveau revival » dont j’ai lu les trois premiers chapitres ;

– d’acheter sur ebay le catalogue de l’exposition sur Hector Guimard ayant eu lieu à New York en 1970 (puis à San Francisco, Toronto et enfin Paris en 1971). Il était dans un état impeccable et m’a coûté seulement 13 euros frais de port compris !

– d’aller à Veules-les-Roses. Les belles villas construites à la fin du 19ème sont moins nombreuses qu’avant la guerre, puisque 35 villas ont été détruites le 12 juin 1940 dans ce joli. (source http://www.veules-les-roses.fr/fr/dossiers/dossiers.php?val=21) Mais il reste quelques jolies constructions, en particulier la villa Plaisance et ses ferronneries Art Nouveau sur la grille.

– d’aller au musée de Dieppe où quelques vases de la manufacture de Sèvres ont mis du « vrai » style 1900 dans la visite. On retrouve également d’assez nombreuses toiles des années 1890 – 1910, de noms plus ou moins connus : Claude Monet (présent pour l’exposition temporaire actuellement présentée), Fernand Bruguière, Eugène Delabarre, Charles Lapostolet… et d’autres que je n’ai pas notés ! Mon oeuvre préférée sera celle de Kees Van Dongen : l’Ecuyère. Le tableau date de 1906. Ce peintre fauviste né en 1877 à Rotterdam a commencé à peindre en 1889, pour être connu quelques années plus tard avec en particulier l’illustration d’un numéro complet de « L’assiette au beurre » en 1901.

… Voilà, peut-être aurais-je l’occasion de revenir sur certains de ces points. En attendant, je profite de ce premier billet de l’année pour vous souhaiter une belle année 2010 pleine de couleurs et de découvertes !

Association AFIJAN 1900

Une association a récemment vu le jour : AFIJAN 1900, Association franco-internationale Japonisme, Art nouveau, années 1900. Son siège social est à Savins, aux environs de Provins. Cette association a réalisé début novembre une exposition : « Le Chrysanthème et son illustration en occident à la fin du 19ème siècle » avec comme point fort une conférence sur le chrysanthème du Japon, animée par Sophie LE BERRE ( conceptrice du site « les jardinsbotaniquesjaponais.fr« ).

L’association a pour but de promouvoir l’Art nouveau et le japonisme par le biais d’expositions, d’exposition-vente, de conférences et plus singulièrement par la création future d’un lieu d’accueil…

En savoir plus : http://afijan1900-artnouveau-japonisme.fr

Journées d’étude à Angoulême : L’architecture de la Belle époque

Samedi 21 novembre 2009, l’association angoumoisine « Via Patrimoine » organise sa 12ème journée d’études du Patrimoine du XXe siècle, ayant pour thème « L’architecture de la Belle Epoque : 1890-1914 ».

Au programme : – 10h00 : L’Art Nouveau et ses applications en Poitou-Charentes, par Gilles RAGOT, professeur à l’école nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux ;
– 11h30 : L’architecture à Paris à l’époque de l’Exposition universelle de 1900 : l’éclectisme et le début de la réaction classique, Gilles PLUM, historien ;
– 14h00 : Le béton et Perret, par Guy LAMBERT, historien de l’architecture ;
– 15h00 : Edouard Bauhain, un architecte entre Bordeaux, Paris et la Charente par Frank DELORME, historien de l’architecture ;
– 16h15-17h30 : visite d’Angoulême éclectique et Art Nouveau.

Ce programme est proposé conjointement avec l’atelier du patrimoine de Saintonge qui propose également des visites et conférences les 27 et 28 novembre. J’y reviendrai demain dans un autre billet.

Plus d’informations : http://via-patrimoine.com/Journee-d-etude

Castel Béranger, etc.

Quelques petites infos en vrac…

Je remercie ce lecteur qui m’a appris que le hall du Castel Béranger était en cours de restauration, avec, dit-on, une redécouverte d’éléments de décors qui avaient disparu.
Je ne suis pas certain de pouvoir me rendre sur place mais j’aurai vraisemblablement d’ici quelques jours plus d’informations… Ce sera sûrement l’occasion d’une mise à jour du site du Cercle Guimard… qui se verra très prochainement complété d’un dossier sur Guimard et le verre.

Pour informations, je travaillerai à partir du 16 novembre à Nogent-sur-Marne, haut lieu de l’Art nouveau francilien dont je n’ai pourtant jamais parlé ici. Ma passion pour l’Art nouveau a peut-être même été un atout pour moi pour ce poste… mais je n’en dis pas plus. En tout cas les façades des Nachbaur vont en tout cas bientôt investir ce blog.

Et puis vous avez dorénavant la possibilité de m’écrire via la rubrique contact (lien en colonne de droite).

De retour de Bretagne

Ces 4 jours passés dans le Sud-Ouest de Bretagne du 1er au 4 octobre ne m’auront pas donné l’occasion de voir la moindre construction Art nouveau.

C’est en fait lors de ma première escale, à Pont-Aven, que j’ai pu photographier deux ferronneries Art nouveau :



J’espère un jour écrire un billet sur l’industrialisation des garde-corps et autres rambardes dans les années 1900. Mais en attendant, l’un de mes lecteurs sait-il si l’on trouve encore des ferronneries Art nouveau dans le commerce, en particulier des appuis de fenêtre ?

Ce n’est pas pour moi, mais pour cette lectrice qui a laissé un commentaire récemment…