Boulogne Billancourt – 272 bd Jean Jaurès

J’ai travaillé trois jours de suite à Issy-les-Moulineaux, et en prenant le bus 123, j’ai aperçu le 1er jour un portail tarabiscoté.

Le lendemain j’ai glissé mon petit appareil photo dans mon sac et comme le temps était au beau fixe j’ai pu profiter de ma pause déjeuner pour aller faire quelques photos…

Malheureusement la batterie était quasiment à plat, j’ai donc fait un peu les photos à la volée. De plus j’ai perdu l’habitude d’utiliser cet ancien appareil, ça m’a un peu troublé.

Les photos montrent néanmoins les principales particularités de cette maison trop symétrique…

… principalement le portail et la fleur au-dessus de la porte d’entrée :

Les fenêtres sont entourées de motifs en grès, mais ceux des côtés et au-dessus sont peu représentatifs des années 1900. Sauf erreur on retrouve les trèfles situés en-dessous sur un immeuble de brique de la rue des Fêtes pour les bouches d’aération.
Dans l’empressement je n’ai même pas pensé à essayer d’apercevoir par-dessus le portail le nom de l’architecte ou la date de construction. Mais qu’est-ce qui m’est passé par la tête ? En l’occurence rien.
Un lecteur en saura peut-être plus…

3 réflexions au sujet de « Boulogne Billancourt – 272 bd Jean Jaurès »

  1. G&B

    La maison est citée dans "Boulogne-Billancourt, ville d’art et d’essai" :

    "La maison fut construite en 1905 par l’architecte Ch. Lefèvre. Conçue, de l’aveu même du rédacteur de "l’habitation pratique", comme une maison à loyer, elle devait, selon lui, assurer au banlieusard un certain confort contre un prix modique par "une recherche attentive de materiaux, par leur emploi judicieux". […] si l’usage quasi exclusif de materieux céramiques fait de cette maisonnette un pur produit des manufactures locales, "l’emploi judicieux" de céramiques décoratives et de ferroneries contournées témoigne de l’union de l’industrie et de l’artisanat dans le contexte de l’Art Nouveau" (fin de citation)

    Je rajouterai juste une information oubliée par l’auteur : les céramiques sont l’oeuvre de la fabrique Gentil & Bourdet (attribution faite par la présence des motifs dans les catalogues de cette entreprise)

    Répondre
  2. Mireille

    J’ai fréquenté les Ets Pigier afin d’y apprendre mon métier dans les
    années 1959-61. Cet immeuble a été rasé depuis fort longtemps
    mais j’aimerais tellement obtenir une photo !…
    Merci à l’avance pour un lecteur qui pourrait faire quelque chose.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *